Une semaine de rêve pour Aleksandra Wozniak

 

 

TENNIS. Aleksandra Wozniak a bien terminé sa semaine à Gatineau, mais celle-ci avait également bien commencé.

 

La Blainvilloise de 29 ans avait un petit sourire qui se dessinait sur ses lèvres. D'abord, car elle venait de triompher au Challenger de Gatineau, son 11e titre en carrière, mais un premier depuis 2012.

 

Ça faisait super longtemps. Après avoir fait tout ce long chemin où j'ai dû passer à travers une chirurgie à l'épaule qui m'a empêchée de jouer pendant un an, je vois que ç'a porté fruits. Je me suis concentrée à jouer du tennis offensif comme avant et ç'a bien cliqué pour moi. 

Aleksandra Wozniak, 29 ans

 

 

 



Mais la principale raison était plus personnelle. Au début de la semaine, son amoureux a posé un genou au sol.

 

 «On s'est fiancé lundi. C'est une belle semaine de rêve pour moi, tant dans ma carrière que dans ma vie», a mentionné celle qui a mis la main sur 50 points WTA ainsi qu'un chèque de près de 4000$ US.

 

Pour y arriver, Wozniak s'est défait de la gauchère australienne Ellen Perez en deux manches de 7-6 (4) et 6-4 en finale du simple féminin, dimanche. Sentant son jeu progressé de match en match, la principale intéressée était ravie de pouvoir conclure le tout en beauté, sans même avoir concédé un seul set à une de ses opposantes.

 

 

Dans un duel où les deux joueuses semblaient légèrement amochée – une au niveau du mollet droit et l'autre à l'épaule gauche –, les amateurs de la balle jaune ont pu voir l'ancienne numéro 21 de la WTA mettre la main sur un premier sacre depuis presque cinq ans.

 

 

«Ça faisait super longtemps. Après avoir fait tout ce long chemin où j'ai dû passer à travers une chirurgie à l'épaule qui m'a empêchée de jouer pendant un an, je vois que ç'a porté fruits. Je me suis concentrée à jouer du tennis offensif comme avant et ç'a bien cliqué pour moi», a lancé la raquette classée 319sur l'échiquier mondial.

 

Soulignons toutefois le parcours de Perez. L'Australienne de 21 ans a passé par les qualifications pour se rendre jusqu'en finale. C'était son septième match en neuf jours. Avant de s'incliner face à la Québécoise, elle n'avait perdu qu'une seule manche; c'était à sa première rencontre des qualifications contre la raquette gatinoise, Mélodie Collard.

 

 

En entrevue, Wozniak a parlé de la persévérance demandé et du travail effectué pour tenter de revenir parmi l'élite mondiale. Rappelons que la joueuse de tennis, qui a déjà battu la grande Serena Williams dans ses meilleures années, a fait face à une dépression en 2010.

 

Reste qu'elle est demeurée sobre dans sa célébration, affichant un sourire et faisant un léger tour pour remercier les spectateurs d'être demeurée derrière elle tout au long de la semaine.

 

«Je sens les émotions à l'intérieur. Ma famille a sauté, mais moi, je suis une fille calme. Je vis les émotions à l'intérieur. On va célébrer plus tard», a souligné Wozniak qui a déjà indiqué vouloir revenir dans le top-100 pour jouer à nouveau les grands chelems.

 

La veille, la paire composée de Hiroko Kuwata du Japon et Valeria Savinykh de la Russie a raflé les grands honneurs en double féminin. Le duo sommé numéro un en sol outaouais a signé un gain de 4-6, 6-3 et 10-5 face au tandem anglo-australien d'Emily Webley-Smith et Kimberly Birrell.

Source: Info07.com
 
 

Social

Dernières nouvelles